… et lundi 26 à Montreuil

A l’école S. Hessel, le service de restauration ne sera pas assuré lundi 26 juin en raison d’un mouvement de grève (reconductible).

Les pique-nique sont acceptés.

A Marceau, la grève des personnels d’entretien, de restauration et d’animation se poursuit…

La mobilisation s’amplifie dès lundi 26 juin

NANTEUIL,   H. WALLON,   DIDEROT 2,     P. LAFARGUE,     D. RENOULT :

dans ces écoles REP et REP +, le poste d’enseignant « Plus  De Maîtres Que De Classes » a été supprimé lors du Comité Technique des Services Départementaux du 23 juin,

pour être attribué dans un des CP à 12 élèves des écoles A. France (qui, elle, conserve son PDMQDC) et d ‘H. Wallon.

Les quelques 900 autres élèves de ces écoles ne bénéficieront plus de l’aide précieuse de cet enseignant supplémentaire…

CASANOVA,    JOLIOT-CURIE 2,            P. BERT :

Pas d’ouvertures de classes pourtant nécessaires au vu des effectifs qui augmentent, non seulement dans ces écoles, mais dans celles du secteur (qui, elles, ne disposent plus de locaux disponibles)

La mobilisation des parents et des enseignants ne faiblira pas !

Seules bonnes nouvelles du CTSD pour Montreuil :

  • Une ouverture de classe a été actée à DIDEROT 1 et aux ZEPHIROTTES
  • La fermeture annoncée à DANTON élémentaire est annulée
  • et la 9e classe de MARCEAU sera bel et bien ouverte

 

Les moyens attribués par l’Education Nationale sont toujours loin d’être à la hauteur des besoins dans notre Académie ET dans notre département  !

Deux exemples tirés de ce CTSD :

  • les postes nécessaires à l’application des « CP à 12 » dans Seine-Saint-Denis (soit 109 écoles) seront pris sur le dispositif PDMQDC _ donc sans création de postes, mais en créant une concurrence pour les moyens, pourtant non luxueux, entre les CP et les autres niveaux en REP+, et entre écoles REP et REP +
  • l’intersyndicale enseignante SNuipp-FSU demandait l’ouverture de 40 classes dans le 93 ; 10 seulement ont été acceptées.

 

 

Diderot 1 en colère !

Ce vendredi 23 juin, l’élémentaire Diderot 1 est fermée, tous les enseignants étant en grève — avec le soutien absolu des parents.

La protestation porte sur le fait qu’aucune ouverture n’est envisagée à ce jour par l’Inspection et la Direction Académique, alors que les effectifs des classes « banales » le nécessitent dans cette école en Réseau d’Education Prioritaire.

De plus, l’obligation réglementaire récente d’inclure au maximum les élèves du dispositif ULIS dans les classes banales, si elle est incontestablement une avancée importante pour l’intégration scolaire et sociale de ces élèves, va également conduire, au quotidien, a un nombre plus élevé d’élèves par classe, à Diderot 1 comme dans les autres établissements bénéficiant de ce dispositif.

Nanteuil et Wallon en grève le 23 juin

L’élémentaire Henri Wallon sera fermée ce vendredi, et plus des trois-quarts des enseignants de l’élémentaire Nanteuil seront grévistes.

D’autres écoles devraient suivre, elles aussi, l’appel à la grève des syndicats enseignants pour protester contre la remise en question du dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » en REP+ et dans certaines écoles en REP.

Un rassemblement des écoles du 93 est prévu à partir de 11h ce vendredi.

Rendez-vous devant la Direction Académique 8 rue Claude Bernard, à Bobigny (métro Bobigny Pablo Picasso, et tram 1, arrêt jean Rostand).

Non ouverture de classe à la maternelle Marceau

L’école maternelle Marceau, « délocalisée » à l’école-relais de septembre 2016 à septembre 2018 normalement, compte actuellement 8 classes, et 206 élèves inscrits pour la rentrée prochaine en ce 22 juin 2017.

Les inscriptions continuent, et les nouveaux élèves qui relèvent des secteurs de Jules Ferry, Dolto, Voltaire, Aragon, faute de places disponibles dans ces écoles, sont désormais systématiquement proposés sur Marceau par le Service Education.

Aussi, la 9e classe prévue au Comité Technique des Services Départementaux de janvier dernier est indispensable pour accueillir ces enfants — et tout le secteur du Bas-Montreuil va connaître des dizaines de livraisons de logements durant l’été, donc de nouveaux élèves.

Or, l’ouverture de cette 9e classe serait remise en question au CTSD ce vendredi 23 juin, ce qui est inenvisageable pour la communauté éducative, sauf à accepter de connaître des classes surchargées dans toutes les maternelles du secteur !

Signez la pétition sur change.org

Garder la tête froide en période de canicule

En ces jours de très fortes chaleurs, il fait chaud pour tout le monde, enfants et parents compris, et partout… dans les écoles maternelles et ailleurs, dans les dortoirs des plus jeunes comme dans les logements !

S’il est regrettable que quelques écoles maternelles ne disposent pas (ou plus) d’arbres pour ombrager leur cour, les élèves ont constamment de l’eau à disposition, sont invités à boire très régulièrement, et des séances d’arrosage ont eu lieu durant les heures les plus chaudes. Des ventilateurs ont été commandés en urgence et installés dans les dortoirs par les Services municipaux.

Les consignes sanitaires préconisent aussi de garder, exceptionnellement, les enfants à l’intérieur des écoles durant les récréations.

Mais comme ces épisodes caniculaires risquent fort de se multiplier dans les années qui viennent, il serait bon que la Ville mette en place un « plan canicule » spécial pour les écoles, afin de pouvoir réagir dans la journée en cas de hausse brutale des températures.

Une semaine très très chaude dans les écoles primaires

En plus des mobilisations des agents municipaux et des animateurs, qui devrait culminer mardi 27 juin (cf. : article ci-dessous)…

… les enseignants des élémentaires H. Wallon et Nanteuil seront en grève vendredi 23 juin pour protester contre la remise en cause du dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » (PDMQDC) dans leurs écoles.

En effet, les dernières informations sont alarmantes : afin d’assurer la mise en œuvre de la directive ministérielle des CP à 12 élèves en REP+ (2 élémentaires à Montreuil, H. Wallon et A. France), mais sans création de postes supplémentaires (!), le Directeur Académique aurait choisi :

  • de « redéployer » le poste de PDMQDC de l’école H. Wallon dans un des CP à 12 élèves (ce qui signifie que tous les autres élèves de l’école ne pourraient plus bénéficier de son aide). En Seine-Saint-Denis, ce sont ainsi 113 postes en écoles REP+ qui seraient redéployés…
  • de ne pas pourvoir les postes de PDMQDC en REP qui n’ont pas encore d’enseignant nommé (« postes non occupés au mouvement »), afin de les attribuer aux « CP à 12 » sur l’Académie. Les écoles en REP qui, elles, ont déjà un enseignant titulaire sur ce poste garderait leur « PDMQDC » ! C’est, en partie, la situation de l’enseignante de Nanteuil…

De plus, puisqu’il n’y aurait pas de création de postes pour assurer ces « CP à 12 », les seuils des effectifs en REP et REP+ ne seront plus respectés. Certes, sur les 21 écoles élémentaires de Montreuil, une dizaine de CP bénéficieront d’effectifs réduits, mais les conditions de scolarité des autres élèves, et notamment le nombre d’élèves par classe du CE1 au CM2 va augmenter drastiquement, même en REP et REP+.

Cela n’est pas acceptable !

Mais en plus :

Des fermetures de classes sont prévues :

  • à la maternelle Marceau, ce qui porterait la moyenne par classe à plus de 28 élèves !
  • à la maternelle Casanova, classée en REP, qui passerait à plus de 25 élèves de moyenne

Aucune ouverture n’est envisagée à ce jour à l’élémentaire Diderot 1 (REP), qui dépasse les 24 élèves/classe en moyenne…

Parents et enseignants se mobilisent (grèves, entre autres actions) vendredi 23 juin, date du Comité Technique des Services Départementaux,

avec rassemblement à 11h devant la DSDEN, à Bobigny, pour tout le département

A Montreuil, le choix du temps pour les rythmes

La Maire-Adjointe et la Directrice de l’Education ont informé l’UCL-FCPE, lundi 19 juin, des décisions prises le 14 juin par le Bureau Municipal élargi à tous les groupes composant la majorité.

Les décisions communes prises lors de ce Bureau et transmises à l’UCL-FCPE sont :

  • de ne pas se hâter à Montreuil, d’autant moins qu’il n’existe toujours pas de cadrage au niveau national _ le décret d’application « promis » par le Ministre de l’Education National n’étant pas publié _ donc de garder les jours et heures d’école actuels pour l’année 2017-2018 ;
  • en cas de retour, en septembre 2018, à la semaine de 4 jours, de prendre le temps de réfléchir aux conséquences tarifaires (pour les temps de cantine et de centres de loisirs) et d’organisation des journées, pour les élèves, les familles, les agents municipaux et les animateurs, mais aussi les associations accueillant des enfants, les clubs sportifs, les bibliothèques, Conservatoire, Piscine, etc. En effet, tous ces acteurs seront impactés, et, selon nos interlocutrices, il est « impossible de mettre en place un changement de rythmes en deux mois« .
  • de manifester, auprès de l’Etat, l' »insatisfaction » vis à vis de ce « choix » laissé aux villes _ bien que la décision finale revienne au Directeur Académique _ et la volonté d’une cohérence de l’Education nationale sur l’ensemble du territoire.
  • Aucune décision pour la rentrée de septembre 2018 ne sera prise sans concertation avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative (dont les conseils d’écoles) ; une méthodologie est à définir pour la rentrée prochaine.

Le Maire doit envoyer un courrier à l’ensemble des familles dans les prochains jours.

L’UCL-FCPE a pris acte de ces décisions, qui répondent à notre demande de temps pour une réelle réflexion et concertation (cf. : notre communiqué du 14 juin 2017).

L’UCL a rappelé que la réflexion collective devait pouvoir reposer sur des bilans, à l’échelle communale notamment, des impacts de la semaine de 4.5 jours/semaine sur les apprentissages des élèves, mais aussi sur les organisations de tous les acteurs et partenaires de l’école, ainsi que des activités instaurées à Montreuil durant les temps péri-scolaires.

Une concertation des familles sera lancée, par l’UCL-FCPE, lorsque nous disposerons de ces bilans _ nos interlocutrices estimaient pouvoir produire les premiers fin septembre/début octobre.

L’UCL-FCPE s’est inquiétée des conséquences possibles sur les décisions de la Ville SI le fonds d’amorçage permettant aux collectivités locales de financer une (petite) partie des temps péri-scolaires était supprimé plus tôt que prévu par le Ministère (en 2019).

Madame la Maire-Adjointe a affirmé que la suppression de ce fonds _ 570 000 euros/an pour la Ville _ ne pouvait être un critère à la décision.

L’UCL-FCPE espère que les prochains conseils d’école s’appuieront sur les décisions prises par la Ville afin de contribuer à l’expression apaisée de TOUS les points de vue sur cette question complexe.

Mouvement de grève des agents municipaux et animateurs

Un préavis de grève national a été déposé ce week end par des organisations syndicales, auprès du Ministre de l’Action et des Comptes publics.

Comme l’appel à la grève est national, il n’y a pas d’obligation légale de préavis de 48h vis-à-vis de l’employeur – ici, la Ville.

Celle-ci « découvrira » le nombre de grévistes  chaque matin, puisque l’appel est à la grève reconductible. Sur le site de la CGT, le préavis court du 19 au 30 juin 2017 (Fédération des Services Publics : https://www.cgtservicespublics.fr/spip.php?article12573, avec raisons de la grève)

A Montreuil, se sont les personnels des Services Enfance et Petite Enfance (crèches) les plus mobilisés.

Dans les écoles et centres de loisirs, les temps péri-scolaires et de restauration seront perturbés… un peu ou beaucoup… et peut-être plusieurs jours.

La CGT des Personnels Territoriaux de la Ville appelle, elle, à une mobilisation le 27 juin de l’ensemble des agents.

Contrairement à ce que nous entendons parfois dire, il n’existe pas, et n’a jamais existé, de « service minimum » à Montreuil.