Sectorisation collèges : AG mercredi 22 novembre et premières demandes

Suite au premier comité de pilotage concernant la sectorisation du futur 10e collège, qui s’est (enfin) tenu le 6 novembre en présence de représentants des conseils d’administration de 6 collèges montreuillois et de 2 collèges bagnoletais, des UCL des deux villes, du conseil départemental, des villes et de la DSDEN,

et avant la 2e rencontre du comité de pilotage,

une réunion d’information et d’échange entre parents et enseignants autour des scenarii proposés pour cette re-sectorisation des collèges est organisée

Mercredi 22 novembre à 18h

à la Bourse du travail, 263 rue de Paris, Montreuil (M° Croix de Chavaux)

 

Les enseignants et les parents FCPE des collèges montreuillois et bagnoletais, réunis en une première assemblée le 8 novembre, ont décidé d’interpeller le Conseil Départemental et la Direction Académique sur :

  • la nécessité que l’étude de la nouvelle sectorisation prenne bien en compte l’ensemble des établissements de Montreuil et de Bagnolet, afin de tendre vers une plus grande mixité scolaire et sociale, notamment dans les collèges qui en sont aujourd’hui largement privés (pour différentes raisons),
  • l’importance d’ouvrir ce nouveau collège de manière plus progressive en commençant uniquement avec des 6èmes à la rentrée 2018 puis en assurant les montées pédagogiques les années suivantes, pour permettre la construction de pratiques communes et cohérentes, permettant de limiter l’évitement scolaire, mais également pour une rentrée 2018 optimale dans un collège qui sera alors encore en travaux,
  • la nécessaire clarification concernant le classement ou non du collège dans le Réseau d’Education Prioritaire,
  • le besoin d’un chiffrage complet, par niveau, actuel et prévisionnel jusqu’à 2021, des effectifs de l’ensemble des établissements de Montreuil,
  • l’obtention d’informations concernant l’impact sur les postes enseignants (créations/suppressions de postes, compléments de services, etc.).

SNEM : Opération « Ecole Déserte » et conférence de presse le 22 novembre

A l’occasion de la journée « usine ouverte / école déserte »
 
organisée par les parents d’élèves du Conseil Local FCPE Jules Ferry Anne Frank
 
le collectif des parents d’élèves, des habitants et des usagers du quartier invite
à une
 
CONFERENCE DE PRESSE
 

MERCREDI 22 NOVEMBRE 2017 à 10H

 

devant l’usine de la SNEM, 34 rue des Messiers à MONTREUIL
ECOLE DESERTE.jpg
dessin de Claire Robert

OPPERA : CONCERT dimanche 26 novembre à 16h, à la mairie de Montreuil

Oppera, l’Orchestre des Personnels des Parents et des Elèves Réunis en Association,

invite à

un concert pour la clôture du festival MARMOE,

le dimanche 26 novembre à 16h

dans la salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Montreuil.

Dirigé par Mathieu Braud, OPPERA vous interprétera :

  • Pierre et le Loup de Prokofiev, récitante Lucie Pouille
  • Va Pensiero de Verdi
  • Medley de musique de film, arrangement de M. Rodier

Pénurie d’agents de service dans les écoles : la réponse de l’Elue à l’Education

Suite à son courrier du 04 novembre 2017 concernant la pénurie de personnels communaux dans les écoles et centres de loisirs de Montreuil, l’UCL a reçu la réponse suivante de Mme la Maire-Adjointe à l’Education (email du 17 novembre) :

Madame La Présidente,

J’ai pris connaissance avec toute l’attention requise de votre courrier daté du 4 novembre 2017.

Il soulève des difficultés qui s’accentuent depuis cette rentrée scolaire et je comprends tout à fait l’inquiétude légitime des parents.

Comme vous le rappelez vous même dans votre mail, la commune de Montreuil, et l’ensemble des communes de France se trouvent confrontées à des coupes drastiques dans leur budget. La ville de Montreuil, entre 2014 et 2017 a ainsi connu des baisses de dotations de la part de l’État à hauteur de 28 millions d’€uros. Le président Macron et son gouvernement ont décidé de baisser une nouvelle fois les moyens des collectivités locales. Cette baisse annoncée de 13 milliards d’€uros sur les dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales impacte directement les missions du service public local. Ce sera une fois de plus, le service rendu aux habitants qui s’en trouvera mis à mal : l’intérêt général détérioré ; le principe de continuité sur lequel repose la réponse aux besoins, amputé ; l’égalité, valeur intrinsèque qui fonde notre République, maltraitée.

Comme vous, notre combat quotidien est la préservation des services publics locaux, actuellement menacés par ces politiques d’austérité.

Aussi, la mobilisation des citoyens, des associations, des organisations syndicales, des organisations politiques semble nécessaire et indispensable pour empêcher cette réduction de moyens.

C’est la raison pour laquelle, les Montreuilloises et les Montreuillois ont été nombreuses et nombreux au rassemblement initié par Monsieur Bessac à l’occasion de la mobilisation municipale du 16 novembre qui a fait l’objet de la fermeture des services municipaux marquant notre désapprobation face aux mesures gouvernementales.

Vous le comprendrez au travers de mes propos, les difficultés de recrutement par le manque de moyens financiers de la ville ont des retombées notables. Cependant, malgré ce contexte contraint et une démographie scolaire qui s’accroît, nous nous efforçons de garantir de bonnes conditions d’accueil des enfants de notre commune. Malgré des situations difficiles nous procédons à des affectations régulières pour une présence complète des équipes. D’autre part, les responsables de secteurs sont à l’écoute et ajustent en fonction des situations de chaque établissement afin de privilégier l’accompagnement pédagogique et la restauration scolaire. Enfin, nous recherchons au quotidien, chaque fois que de besoin, le rééquilibrage des équipes.

Certes, ces solutions peuvent paraître insatisfaisantes, mais tiennent compte d’un contexte global qui ne dépend pas uniquement de la seule ville de Montreuil.

En vous assurant, Madame la Présidente, de tous nos efforts et de notre indéfectible engagement au service des enfants,

Je vous prie de croire, Madame La Présidente, à l’assurance de mes sentiments dévoués.

Dominique ATTIA,
Adjointe au Maire de Montreuil,
Déléguée à l’Education, à l’Enfance et à la Petite Enfance

Sous-effectif des personnels communaux dans les écoles et les centres de loisirs de la ville

Courrier envoyé par l’UCL-FCPE le 04 novembre 2017 au Maire de Montreuil et à la Maire-Adjointe à l’Education :

 

Monsieur le Maire,
Madame la Maire-Adjointe,

En ce début d’année scolaire, à nouveau, l’UCL-FCPE de Montreuil déplore le sous-effectif des personnels communaux dans les écoles et les centres de loisirs de la ville.

Nous sommes bien conscients des difficultés financières de la ville et des conséquences néfastes des suppressions de subventions de l’Etat pour le budget communal.
Nous savons que la décision de la Municipalité de recruter, en contrats aidés, 13 nouveaux agents dédiés, entre autres, à la Propreté des Bâtiments, a été oblitérée par les annonces gouvernementales cet été _ ce qui vous a conduit à n’en recruter que 6 en contrats courts renouvelables.
Nous nous mobilisons à vos côtés pour combattre cette asphyxie financière qui pénalise, notamment, le service public d’éducation

Cependant, nous estimons toujours que, même si votre marge de manoeuvre est très faible, la municipalité peut faire un choix politique fort en privilégiant la création de postes d’agents pour les écoles et d’animateurs pour les temps péri- et extra-scolaires, afin de pallier aux besoins générés par des effectifs scolaires en constante augmentation _ et l’ouverture prévue de trois nouvelles écoles en septembre 2018 va renforcer cette nécessité.

Les personnels municipaux ne suffisent déjà pas à assurer les besoins des 49 écoles et des centres de loisirs existants…
L’exercice de ré-organisation et de re-déploiement constant des équipes ne peut répondre aux besoins :

  • Les agents oeuvrant dans les autres bâtiments de la ville doivent venir aider leurs
    collègues dans les écoles de plus en plus fréquemment ;
  • ceux qui y sont affectés sont déplacés de plus en plus souvent pour des remplacements ou des re-déploiements en catastrophe (entre les maternelles H. Wallon et Grands Pêchers par exemple), ou des modifications inopinées d’horaires de travail (à Joliot-Curie, entre autres) ;
  • les Atsem manquent dans certaines maternelles (Nanteuil, Grands Pêchers, …)
  • certaines écoles ne sont plus régulièrement nettoyées (Voltaire, Romain Rolland…),
  • le service de restauration ne fonctionne plus correctement partout,
  • la plupart des accueils péri-scolaires débordent, et le taux d’encadrement n’est plus
    respecté. Par exemple, à Picasso, si les 5 postes d’animateurs sont bien pourvus, les
    enfants ne sont plus 70 tous les soirs comme l’année dernière, mais entre 90 et 105 !

Ainsi, même au complet, les équipes de restauration, de nettoyage, d’animation… ne suffisent plus dans les écoles qui connaissent une montée des effectifs, des ouvertures de classes, des services multiples de cantine… et les personnels sont, déjà, épuisés !

Qu’il s’agisse de ces personnels ou des animateurs des centres de loisirs, les parents d’élèves refusent d’assister à leur non remplacement, à la dégradation de leurs conditions de travail, à leur épuisement et à leur démobilisation, ce qui nuit grandement à la scolarité et à la prise en charge de nos enfants.

Les parents d’élèves sont prêts à se mobiliser, et l’UCL-FCPE sera à leurs côté.

Nous vous demandons donc d’arbitrer les choix budgétaires qu’il vous reste, en faveur de la création de postes pérennes d’agents dans les écoles, ainsi que dans les équipes d’animation.
Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, Madame la Maire-Adjointe, l’expression de nos
sentiments les meilleurs

Nathalie Baneux
Présidente de l’UCL-FCPE de Montreuil

 

Photos : Elémentaire H. Wallon 8 novembre

A Montreuil, le choix du temps pour les rythmes

Puisque le sujet re-devient d’actualité, puisqu’un premier Bureau Municipal s’est tenu le 15 novembre sur les modalités de la concertation avec les différents acteurs de l’école, puisque ladite concertation n’est toujours pas engagée…

… nous rappelons ce que nous publiions le 26 juin dernier :

 

La Maire-Adjointe et la Directrice de l’Education ont informé l’UCL-FCPE, lundi 19 juin, des décisions prises le 14 juin par le Bureau Municipal élargi à tous les groupes composant la majorité.

Les décisions communes prises lors de ce Bureau et transmises à l’UCL-FCPE sont :

  • de ne pas se hâter à Montreuil, d’autant moins qu’il n’existe toujours pas de cadrage au niveau national _ le décret d’application « promis » par le Ministre de l’Education National n’étant pas publié _ donc de garder les jours et heures d’école actuels pour l’année 2017-2018 ;
  • en cas de retour, en septembre 2018, à la semaine de 4 jours, de prendre le temps de réfléchir aux conséquences tarifaires (pour les temps de cantine et de centres de loisirs) et d’organisation des journées, pour les élèves, les familles, les agents municipaux et les animateurs, mais aussi les associations accueillant des enfants, les clubs sportifs, les bibliothèques, Conservatoire, Piscine, etc. En effet, tous ces acteurs seront impactés, et, selon nos interlocutrices, il est « impossible de mettre en place un changement de rythmes en deux mois« .
  • de manifester, auprès de l’Etat, l' »insatisfaction » vis à vis de ce « choix » laissé aux villes _ bien que la décision finale revienne au Directeur Académique _ et la volonté d’une cohérence de l’Education nationale sur l’ensemble du territoire.
  • Aucune décision pour la rentrée de septembre 2018 ne sera prise sans concertation avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative (dont les conseils d’écoles) ; une méthodologie est à définir pour la rentrée prochaine.

Le Maire doit envoyer un courrier à l’ensemble des familles dans les prochains jours.

L’UCL-FCPE a pris acte de ces décisions, qui répondent à notre demande de temps pour une réelle réflexion et concertation (cf. : notre communiqué du 14 juin 2017).

L’UCL a rappelé que la réflexion collective devait pouvoir reposer sur des bilans, à l’échelle communale notamment, des impacts de la semaine de 4.5 jours/semaine sur les apprentissages des élèves, mais aussi sur les organisations de tous les acteurs et partenaires de l’école, ainsi que des activités instaurées à Montreuil durant les temps péri-scolaires.

Une concertation des familles sera lancée, par l’UCL-FCPE, lorsque nous disposerons de ces bilans _ nos interlocutrices estimaient pouvoir produire les premiers fin septembre/début octobre.

L’UCL-FCPE s’est inquiétée des conséquences possibles sur les décisions de la Ville SI le fonds d’amorçage permettant aux collectivités locales de financer une (petite) partie des temps péri-scolaires était supprimé plus tôt que prévu par le Ministère (en 2019).

Madame la Maire-Adjointe a affirmé que la suppression de ce fonds _ 570 000 euros/an pour la Ville _ ne pouvait être un critère à la décision.

L’UCL-FCPE espère que les prochains conseils d’école s’appuieront sur les décisions prises par la Ville afin de contribuer à l’expression apaisée de TOUS les points de vue sur cette question complexe.

Déclaration commune concernant la suppression des emplois aidés dans le domaine de l’éducation

Ce texte sera présenté dans les conseils d’écoles, les conseils d’administration des établissements secondaires et autres instances de l’Education Nationale et des collectivités locales, par les représentants des organismes signataires.

 

Motion commune

FCPE Montreuil, CNT Montreuil Territoriaux, CGT Territoriaux Montreuil, FSU Territoriale Montreuil, FO Territoriaux Montreuil, SNFOLC, SNUDI-FO, SNES-FSU Montreuil, SNUIPP-FSU Montreuil, CNT Education 93,

concernant la suppression des emplois aidés dans le domaine de l’éducation

 

Nous, représentants des parents d’élèves, des enseignants du primaire et du secondaire, des personnels communaux travaillant dans les établissements scolaires publics de Montreuil, dénonçons la suppression des subventions publiques aux contrats aidés et aux contrats uniques d’insertion sans contreparties financières pour les collectivités locales, et l’impossibilité de fait, pour ces mêmes collectivités, de titulariser les postes concernés.

 

Nous dénonçons, entre autres, la suppression de 2019 CUI (contrats uniques d’insertion) dans l’académie de Créteil depuis 1er septembre 2017.

 

Si nous avons toujours déploré la précarité de ce type de contrats, les professionnels relevant de ces dispositifs sont indispensables au fonctionnement de nos écoles, collèges et lycées, comme aux structures accueillant les enfants dans les temps péri- et extra-scolaires, ainsi que dans les crèches.

 

Dans les établissements montreuillois :

 

  • le recrutement de surveillants et CPE dans les collèges et les lycées ne suit déjà pas la montée des effectifs scolaires : l’encadrement et le soutien à la scolarité ne seront plus assurés ;
  • la non reconduction des contrats d’aides administratives, va rendre encore plus difficile la réalisation de l’ensemble des tâches organisationnelles des Directions, tout particulièrement dans les écoles sans décharge totale de classe ;
  • les agents d’entretien, de restauration, d’accompagnement éducatif, d’animation… employés par les différentes collectivités locales, ne suffisent déjà pas à répondre à l’augmentation des effectifs des élèves de primaire, de secondaire, à celle des enfants fréquentant les centres de loisirs et/ou la restauration scolaire.

 

Nous voyons déjà, avec consternation, et entre autres exemples, les taux d’encadrement des enfants non respectés quotidiennement dans les cantines ou en accueil avant ou après l’école, le suivi insuffisant des absences et des difficultés de tous ordres des collégiens et des lycéens, les retards dans les démarches administratives nécessaires à la scolarité, les  locaux non régulièrement nettoyés, les Atsem limités aux Petites Sections de maternelles… faute de personnels en nombre suffisant.

 

Depuis les annonces gouvernementales de l’été, les quelques recrutements d’agents municipaux, absolument nécessaires aux élèves montreuillois, ont été gelés, ce qui rend la situation intenable dans la plupart des écoles maternelles et élémentaires.

 

L’engagement du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis de renouveler 130 CUI sur mission d’ATTEE (entretien) ne pourra suffire pour l’ensemble des collèges du 93 _ dont les 9, et bientôt 10 collèges montreuillois.

 

Et notre inquiétude est forte quant-au devenir et au nombre des contrats d’Aides à la Vie Scolaire: si la priorité du Gouvernement va à l’accompagnement des enfants porteurs de handicap, et si nous saluons la transformation des contrats aidés d’AVS en CDD d’Accompagnant d’Elève en Situation de Handicap, celle-ci s’accompagne, dans l’Académie de Créteil, d’une perte équivalent à 130 postes de 24 h !

 

Comme nos organisations respectives l’ont exprimé encore le 10 octobre dernier devant la Préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet de la Seine-Saint-Denis :

Nous refusons que les personnels en contrat aidé soient traités avec si peu de considération.

Nous demandons le maintien ou le retour des personnels concernés sur leurs emplois, ainsi qu’une formation qualifiante dans la perspective d’un emploi statutaire pour tous

Nous exigeons un plan de titularisation de ces personnels, et la création des emplois statutaires pour répondre aux besoins des écoles et des établissements secondaires, dans le but d’en finir avec la précarité.

 

Montreuil, 8 novembre 2017

Motion commune concernant la suppression des emplois aidés 8112017

Suppression des contrats aidés : la mobilisation des associations s’amplifie

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du 13 novembre 2017 du Collectif des Associations Citoyennes, suite aux deux premières mobilisations nationales.

Ce texte rappelle que, face à la montée des protestations, le Gouvernement vient d’annoncer le lancement d’une concertation, pour aboutir dès le mois de janvier à des propositions en matière de financement, d’engagement, d’accompagnement de la vie associative.

Le gouvernement a concédé de sanctuariser les contrats aidés liés à l’urgence sociale, au handicap et aux quartiers prioritaires, ainsi qu’une augmentation de 25 millions d’euros du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA). Celui-ci finance des appels à projets pour soutenir la formation des bénévoles, les expérimentations de projets innovants et les études.

Mais le Gouvernement a refusé de revoir à la hausse l’enveloppe globale des crédits alloués  : celle-ci est passée de 2,4 milliards en 2017 à 1,4 milliards dans le projet de loi de finances de 2018 !

Les destructions de postes en contrats aidés se poursuivent donc sur le terrain _  150 000 en 18 mois … _, accompagnées d’innombrables drames humains, tant chez les employés des associations que chez les bénéficiaires.

CP Collectif Assoc Citoyennes- Suppression des contrats aidés

SNEM : premiers éléments suite à la fuite du 10 novembre

Suite à la fuite dans l’une des installations de la SNEM vendredi 10 novembre :

CP Collectif 14 nov – SNEM Montreuil débordements

Le collectif, le conseil local FCPE des 4 écoles voisines, l’UCL, la Ville de Montreuil … ont interpelé la Préfecture, laquelle a demandé à la Direction Régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) d’avancer l’inspection de la SNEM prévue dans les prochains jours.

La Maire-Adjointe à la Santé a été prévenue le lendemain de cette fuite et le mélange (hydrocarbures et eaux, selon les sources institutionnelles) a été pompé et stocké dans des cuves attendant d’être évacuées.

La Préfecture a communiqué le 14 novembre a ce sujet : SNEM – CP Prefet 14 nov 2017

Quant au Rectorat, il a été saisi de la demande (faite depuis près de 6 mois…) d’intégrer les risques liés à la SNEM dans le PPMS des quatre écoles du secteur.

SNEM : la manif… et l’inquiétude suite à l’accident du 10 novembre

Dimanche 12 novembre :

Photos : https://www.facebook.com/LUSINEVERTE93100MONTREUIL/

Et en vidéo sur : https://www.facebook.com/fcpe.ucl.montreuil/

 

 

Vendredi 10 novembre :

A l’intérieur de la SNEM, un mélange accidentel de produits pétroliers et d’acide chromique s’est produit dans l’après-midi _ et  est toujours stocké dans l’usine.

Ce mélange est instable, inflammable, donc dangereux !

Or, dans les 4 écoles à proximité de la SNEM, aucune mesure de prévention et de sécurité ne sont prévues en cas d’accident de ce type…

L’UCL-FCPE de Montreuil soutient la demande du Collectif au Préfet de Seine-Saint-Denis et au Maire de Montreuil (communique 12 nov 2017), d’appliquer dès demain, lundi 13 Novembre 2017, le principe de précaution, en fermant cette usine et en exigeant l’évacuation de ce mélange instable par une entreprise compétente.
Nous demandons également à la Direction Académique de prendre la mesure de cette
menace et d’agir en conséquence.

SOS : Notre école n’est pas une poubelle ! Nos enfants ont des droits !

Nous relayons l’appel des parents d’élèves de l’élémentaire Henri Wallon : 

Depuis la rentrée, notre école souffre. Nous sommes cruellement touchés par le manque d’agents municipaux.
Le personnel et les directeurs de l’école et du centre de loisirs ne sont pas entendus, malgré des grèves, des courriers aux responsables des services municipaux et les arrêts maladie exprimant une souffrance au travail.

Dans notre école, ce sont 5 agents de service affectés par la mairie pour :
– le nettoyage des salles de classe, des réfectoires, des escaliers et des sanitaires
– la restauration
– le goûter
– l’aide aux enfants et aux enseignant-e-s
Or, depuis la rentrée, l’équipe tourne à 2 ou 3 agents de service fixes pour en moyenne 130 enfants pour la cantine et 90 enfants pour le goûter.
Aujourd’hui, ils ne sont plus que :
– 2 agents de service fixes, dont une dame de service enceinte de 6 mois, présents de 07h à 14h00.
– 1 agent en renfort, mi-temps thérapeutique, présent de 07h à 10h30
– Aucun agent pour le goûter

Conséquences catastrophiques pour nos enfants et les enseignant-e-s :
– des parties communes sales – Le nettoyage n’est plus fait
– des sanitaires sales et parfois inutilisables – Nettoyage uniquement le matin au lieu de trois passages (matin, après la récréation du matin et à 14h00)
– des classes sales – Seulement les poubelles sont vidées.
– des repas servis dans de la vaisselle jetable (assiettes, couverts et gobelets en plastique)

Conséquences dramatiques pour les agents de service :
– surcharge de travail générant de la fatigue et du stress
– augmentation des accidents de travail
– augmentation des arrêts maladie
– démotivation

Dans notre centre de loisirs, ce sont 4 animateurs affectés par la mairie pour :
– le centre de loisirs
– l’accueil des enfants à la matinale et le goûter
– l’accueil et la surveillance des enfants à la cantine
Mais, depuis le début de l’année, il n’y a pas assez d’animateurs vacants pour l’étude et le centre de loisirs. Le taux d’encadrement n’est plus respecté. Ce sont en moyenne 95 élèves qui sont accueillis au goûter.

Conséquences pour nos enfants :
– offres d’activités limitées
– difficulté dans la surveillance des enfants : risque d’accidents accru
– sorties extérieures impossibles
Conséquences pour les animateurs :
– surcharge de travail générant de la fatigue et du stress
– augmentation des accidents de travail
– augmentation des arrêts maladie
– démotivation

Par conséquent, nous demandons :
– des agents de service
– des animateurs pour le goûter et le centre de loisirs
– des conditions de travail décentes pour le personnel
– de la formation continue pour le personnel
– des embauches

Tous unis pour l’élémentaire Henri Wallon, c’est pour nos enfants.
Ils ont des droits !!!

Les représentants de parents d’élèves FCPE
Elémentaire Henri Wallon Montreuil
henriwallonfcpe@yahoo.fr