Réforme du QF : quelques « abattements » prévus au prochain conseil municipal…

L’UCL-FCPE de Montreuil a interpellé  à maintes reprises durant cette année scolaire 2016-2017, le Maire, la Maire-Adjointe à l’Education, les Directeurs des Services Education, Enfance et Petite Enfance, et des Finances, au sujet de la « réforme du Quotient Familial et des tarifs », par voie de pétitions, par courriers, lors de réunions dédiées…

Ces interpellations portaient notamment sur :
– La non prise en compte des enfants nés dans l’année suivant l’avis d’imposition, ainsi que des enfants handicapés ayant un taux d’invalidité reconnu inférieur à 80 %,
– L’inégalité de traitement entre les couples mariés ou pacsés, et ceux vivant en union libre, puisque le revenu pris en compte est celui de la famille, et non du ménage,
– La non progressivité des augmentations de tarifs
– L’injustice ressentie par les familles des catégories moyennes qui participent à l’effort de solidarité bien plus fortement, proportionnellement à leurs revenus, que les familles les plus aisées,
– La pénalisation des familles dont tous les enfants sont scolarisés en primaire.

Mme la Maire-Adjointe à l’Education estime qu’un bilan de la réforme du Quotient Familial devrait être disponible à l’automne 2017… Or, un « bilan d’étape » devait déjà être présenté ce printemps…
Si nous comprenons bien la nécessité de chiffres fiables pour envisager certaines modifications, d’autres demandes ne nous semblent pas devoir attendre la publication de ce futur bilan.

Le 4 juin, l’UCL-FCPE a écrit une nouvelle fois au Maire en lui demandant de tout mettre en oeuvre pour que les modifications demandées soient examinées au plus vite afin de pouvoir faire l’objet d’une délibération au prochain conseil municipal et d’être appliquées à la rentrée de septembre 2017.

Or, la délibération n° 83 présentée au prochain conseil municipal, le 28 juin 2017, ne porte que sur quelques  « modalités d’application des abattements pour le calcul du Quotient Familial » _ dont la prise en compte des enfants nés dans l’année suivant l’avis d’imposition .

L’UCL-FCPE a interpellé les présidents des différents groupes composant la majorité municipale et l’opposition.

… et lundi 26 à Montreuil

A l’école S. Hessel, le service de restauration ne sera pas assuré lundi 26 juin en raison d’un mouvement de grève (reconductible).

Les pique-nique sont acceptés.

A Marceau, la grève des personnels d’entretien, de restauration et d’animation se poursuit…

La mobilisation s’amplifie dès lundi 26 juin

NANTEUIL,   H. WALLON,   DIDEROT 2,     P. LAFARGUE,     D. RENOULT :

dans ces écoles REP et REP +, le poste d’enseignant « Plus  De Maîtres Que De Classes » a été supprimé lors du Comité Technique des Services Départementaux du 23 juin,

pour être attribué dans un des CP à 12 élèves des écoles A. France (qui, elle, conserve son PDMQDC) et d ‘H. Wallon.

Les quelques 900 autres élèves de ces écoles ne bénéficieront plus de l’aide précieuse de cet enseignant supplémentaire…

CASANOVA,    JOLIOT-CURIE 2,            P. BERT :

Pas d’ouvertures de classes pourtant nécessaires au vu des effectifs qui augmentent, non seulement dans ces écoles, mais dans celles du secteur (qui, elles, ne disposent plus de locaux disponibles)

La mobilisation des parents et des enseignants ne faiblira pas !

Seules bonnes nouvelles du CTSD pour Montreuil :

  • Une ouverture de classe a été actée à DIDEROT 1 et aux ZEPHIROTTES
  • La fermeture annoncée à DANTON élémentaire est annulée
  • et la 9e classe de MARCEAU sera bel et bien ouverte

 

Les moyens attribués par l’Education Nationale sont toujours loin d’être à la hauteur des besoins dans notre Académie ET dans notre département  !

Deux exemples tirés de ce CTSD :

  • les postes nécessaires à l’application des « CP à 12 » dans Seine-Saint-Denis (soit 109 écoles) seront pris sur le dispositif PDMQDC _ donc sans création de postes, mais en créant une concurrence pour les moyens, pourtant non luxueux, entre les CP et les autres niveaux en REP+, et entre écoles REP et REP +
  • l’intersyndicale enseignante SNuipp-FSU demandait l’ouverture de 40 classes dans le 93 ; 10 seulement ont été acceptées.

 

 

La Grande Parade Métèque le 1er juillet : à aider et à voir !

Nous transmettons un appel des organisateurs :

« La Grande Parade Métèque Montreuil n’existe pas sans vous et elle vous appartient!

Plusieurs mois sont nécessaires pour l’organiser et en faire sa promotion mais les éditions précédentes n’auraient pu se réaliser sans tous ceux qui ont participé. 
Et cette année, avec notre parade montreuilloise, nous avons encore plus besoin de tous !! 

Alors, vous avez 1 heure, 1 journée, 1 semaine ou plus ??? ….
Vous avez envie de pousser un char, porter des banderoles, pancartes ou accessoires, accueillir du public, encadrer la parade, organiser un lancer de pigments ? … 
La 
Grande Parade Métèque 2017 à Montreuil peut vous en donner l’occasion !

C’est simple comme un mail ou un coup de fil : michel@unsurquatre (06 70 97 06 37) ou sylvie@unsurquatre (06 88 15 76 72)
ou en ligne : http://www.lagrandeparademeteque.org/LaParade/NousRejoindre.sls#inline-2

Vous souhaitez juste déambuler dans la bonne humeur ?
La Grande Parade de Montreuil vous attend aussi bien sûr :

rendez vous à partir de 12h / 13h Place Le Morillon pour vous restaurer avant de parader ensemble !

Diderot 1 en colère !

Ce vendredi 23 juin, l’élémentaire Diderot 1 est fermée, tous les enseignants étant en grève — avec le soutien absolu des parents.

La protestation porte sur le fait qu’aucune ouverture n’est envisagée à ce jour par l’Inspection et la Direction Académique, alors que les effectifs des classes « banales » le nécessitent dans cette école en Réseau d’Education Prioritaire.

De plus, l’obligation réglementaire récente d’inclure au maximum les élèves du dispositif ULIS dans les classes banales, si elle est incontestablement une avancée importante pour l’intégration scolaire et sociale de ces élèves, va également conduire, au quotidien, a un nombre plus élevé d’élèves par classe, à Diderot 1 comme dans les autres établissements bénéficiant de ce dispositif.

Nanteuil et Wallon en grève le 23 juin

L’élémentaire Henri Wallon sera fermée ce vendredi, et plus des trois-quarts des enseignants de l’élémentaire Nanteuil seront grévistes.

D’autres écoles devraient suivre, elles aussi, l’appel à la grève des syndicats enseignants pour protester contre la remise en question du dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » en REP+ et dans certaines écoles en REP.

Un rassemblement des écoles du 93 est prévu à partir de 11h ce vendredi.

Rendez-vous devant la Direction Académique 8 rue Claude Bernard, à Bobigny (métro Bobigny Pablo Picasso, et tram 1, arrêt jean Rostand).

Non ouverture de classe à la maternelle Marceau

L’école maternelle Marceau, « délocalisée » à l’école-relais de septembre 2016 à septembre 2018 normalement, compte actuellement 8 classes, et 206 élèves inscrits pour la rentrée prochaine en ce 22 juin 2017.

Les inscriptions continuent, et les nouveaux élèves qui relèvent des secteurs de Jules Ferry, Dolto, Voltaire, Aragon, faute de places disponibles dans ces écoles, sont désormais systématiquement proposés sur Marceau par le Service Education.

Aussi, la 9e classe prévue au Comité Technique des Services Départementaux de janvier dernier est indispensable pour accueillir ces enfants — et tout le secteur du Bas-Montreuil va connaître des dizaines de livraisons de logements durant l’été, donc de nouveaux élèves.

Or, l’ouverture de cette 9e classe serait remise en question au CTSD ce vendredi 23 juin, ce qui est inenvisageable pour la communauté éducative, sauf à accepter de connaître des classes surchargées dans toutes les maternelles du secteur !

Signez la pétition sur change.org

Garder la tête froide en période de canicule

En ces jours de très fortes chaleurs, il fait chaud pour tout le monde, enfants et parents compris, et partout… dans les écoles maternelles et ailleurs, dans les dortoirs des plus jeunes comme dans les logements !

S’il est regrettable que quelques écoles maternelles ne disposent pas (ou plus) d’arbres pour ombrager leur cour, les élèves ont constamment de l’eau à disposition, sont invités à boire très régulièrement, et des séances d’arrosage ont eu lieu durant les heures les plus chaudes. Des ventilateurs ont été commandés en urgence et installés dans les dortoirs par les Services municipaux.

Les consignes sanitaires préconisent aussi de garder, exceptionnellement, les enfants à l’intérieur des écoles durant les récréations.

Mais comme ces épisodes caniculaires risquent fort de se multiplier dans les années qui viennent, il serait bon que la Ville mette en place un « plan canicule » spécial pour les écoles, afin de pouvoir réagir dans la journée en cas de hausse brutale des températures.

Une semaine très très chaude dans les écoles primaires

En plus des mobilisations des agents municipaux et des animateurs, qui devrait culminer mardi 27 juin (cf. : article ci-dessous)…

… les enseignants des élémentaires H. Wallon et Nanteuil seront en grève vendredi 23 juin pour protester contre la remise en cause du dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » (PDMQDC) dans leurs écoles.

En effet, les dernières informations sont alarmantes : afin d’assurer la mise en œuvre de la directive ministérielle des CP à 12 élèves en REP+ (2 élémentaires à Montreuil, H. Wallon et A. France), mais sans création de postes supplémentaires (!), le Directeur Académique aurait choisi :

  • de « redéployer » le poste de PDMQDC de l’école H. Wallon dans un des CP à 12 élèves (ce qui signifie que tous les autres élèves de l’école ne pourraient plus bénéficier de son aide). En Seine-Saint-Denis, ce sont ainsi 113 postes en écoles REP+ qui seraient redéployés…
  • de ne pas pourvoir les postes de PDMQDC en REP qui n’ont pas encore d’enseignant nommé (« postes non occupés au mouvement »), afin de les attribuer aux « CP à 12 » sur l’Académie. Les écoles en REP qui, elles, ont déjà un enseignant titulaire sur ce poste garderait leur « PDMQDC » ! C’est, en partie, la situation de l’enseignante de Nanteuil…

De plus, puisqu’il n’y aurait pas de création de postes pour assurer ces « CP à 12 », les seuils des effectifs en REP et REP+ ne seront plus respectés. Certes, sur les 21 écoles élémentaires de Montreuil, une dizaine de CP bénéficieront d’effectifs réduits, mais les conditions de scolarité des autres élèves, et notamment le nombre d’élèves par classe du CE1 au CM2 va augmenter drastiquement, même en REP et REP+.

Cela n’est pas acceptable !

Mais en plus :

Des fermetures de classes sont prévues :

  • à la maternelle Marceau, ce qui porterait la moyenne par classe à plus de 28 élèves !
  • à la maternelle Casanova, classée en REP, qui passerait à plus de 25 élèves de moyenne

Aucune ouverture n’est envisagée à ce jour à l’élémentaire Diderot 1 (REP), qui dépasse les 24 élèves/classe en moyenne…

Parents et enseignants se mobilisent (grèves, entre autres actions) vendredi 23 juin, date du Comité Technique des Services Départementaux,

avec rassemblement à 11h devant la DSDEN, à Bobigny, pour tout le département

A Montreuil, le choix du temps pour les rythmes

La Maire-Adjointe et la Directrice de l’Education ont informé l’UCL-FCPE, lundi 19 juin, des décisions prises le 14 juin par le Bureau Municipal élargi à tous les groupes composant la majorité.

Les décisions communes prises lors de ce Bureau et transmises à l’UCL-FCPE sont :

  • de ne pas se hâter à Montreuil, d’autant moins qu’il n’existe toujours pas de cadrage au niveau national _ le décret d’application « promis » par le Ministre de l’Education National n’étant pas publié _ donc de garder les jours et heures d’école actuels pour l’année 2017-2018 ;
  • en cas de retour, en septembre 2018, à la semaine de 4 jours, de prendre le temps de réfléchir aux conséquences tarifaires (pour les temps de cantine et de centres de loisirs) et d’organisation des journées, pour les élèves, les familles, les agents municipaux et les animateurs, mais aussi les associations accueillant des enfants, les clubs sportifs, les bibliothèques, Conservatoire, Piscine, etc. En effet, tous ces acteurs seront impactés, et, selon nos interlocutrices, il est « impossible de mettre en place un changement de rythmes en deux mois« .
  • de manifester, auprès de l’Etat, l' »insatisfaction » vis à vis de ce « choix » laissé aux villes _ bien que la décision finale revienne au Directeur Académique _ et la volonté d’une cohérence de l’Education nationale sur l’ensemble du territoire.
  • Aucune décision pour la rentrée de septembre 2018 ne sera prise sans concertation avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative (dont les conseils d’écoles) ; une méthodologie est à définir pour la rentrée prochaine.

Le Maire doit envoyer un courrier à l’ensemble des familles dans les prochains jours.

L’UCL-FCPE a pris acte de ces décisions, qui répondent à notre demande de temps pour une réelle réflexion et concertation (cf. : notre communiqué du 14 juin 2017).

L’UCL a rappelé que la réflexion collective devait pouvoir reposer sur des bilans, à l’échelle communale notamment, des impacts de la semaine de 4.5 jours/semaine sur les apprentissages des élèves, mais aussi sur les organisations de tous les acteurs et partenaires de l’école, ainsi que des activités instaurées à Montreuil durant les temps péri-scolaires.

Une concertation des familles sera lancée, par l’UCL-FCPE, lorsque nous disposerons de ces bilans _ nos interlocutrices estimaient pouvoir produire les premiers fin septembre/début octobre.

L’UCL-FCPE s’est inquiétée des conséquences possibles sur les décisions de la Ville SI le fonds d’amorçage permettant aux collectivités locales de financer une (petite) partie des temps péri-scolaires était supprimé plus tôt que prévu par le Ministère (en 2019).

Madame la Maire-Adjointe a affirmé que la suppression de ce fonds _ 570 000 euros/an pour la Ville _ ne pouvait être un critère à la décision.

L’UCL-FCPE espère que les prochains conseils d’école s’appuieront sur les décisions prises par la Ville afin de contribuer à l’expression apaisée de TOUS les points de vue sur cette question complexe.

Mouvement de grève des agents municipaux et animateurs

Un préavis de grève national a été déposé ce week end par des organisations syndicales, auprès du Ministre de l’Action et des Comptes publics.

Comme l’appel à la grève est national, il n’y a pas d’obligation légale de préavis de 48h vis-à-vis de l’employeur – ici, la Ville.

Celle-ci « découvrira » le nombre de grévistes  chaque matin, puisque l’appel est à la grève reconductible. Sur le site de la CGT, le préavis court du 19 au 30 juin 2017 (Fédération des Services Publics : https://www.cgtservicespublics.fr/spip.php?article12573, avec raisons de la grève)

A Montreuil, se sont les personnels des Services Enfance et Petite Enfance (crèches) les plus mobilisés.

Dans les écoles et centres de loisirs, les temps péri-scolaires et de restauration seront perturbés… un peu ou beaucoup… et peut-être plusieurs jours.

La CGT des Personnels Territoriaux de la Ville appelle, elle, à une mobilisation le 27 juin de l’ensemble des agents.

Contrairement à ce que nous entendons parfois dire, il n’existe pas, et n’a jamais existé, de « service minimum » à Montreuil.

La maternelle Zéphirottes déborde à nouveau

L’année dernière, l’ouverture d’une 10e classe avait permis de soulager les effectifs des classes de cette école de plus de 250 élèves.

La Direction Académique envisage, depuis janvier, de fermer cette classe.

Or, au 1er juin 2017, les inscrits étaient déjà 260 — soit  28,88 élèves/classe en moyenne ! —  et le secteur connaît une pression démographique constante…

Les Petites et Moyennes sections seraient particulièrement affectées.

Les parents se mobilisent et ont écrit au Directeur Académique la semaine dernière, lui demandant de reconsidérer la situation de l’école au prochain Comité TEchnique des Services Départementaux, qui se réunira le 23 juin.

L’UCL-FCPE de Montreuil alerte depuis le début d’année sur les conséquences désastreuses de cette fermeture, ainsi que sur celles programmées à la maternelle Casanova et aux élémentaires Jean Jaurès et Danton. Elle demande également des ouvertures supplémentaires à Paul Bert et dans une des deux élémentaires Diderot.

Le dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » en danger !

Le projet du Gouvernement visant à réduire les CP à 12 élèves en REP+ (dernière version du projet semble-t-il) met en danger le dispositif nommé « Plus De Maîtres Que De Classes » en REP !

Ce dispositif est déployé actuellement dans quelques dix autres écoles montreuilloises, et l’élémentaire Danton devait en bénéficier à la rentrée.

Le directeur académique a informé, vendredi 16 juin, de ses hypothèses pour trouver les moyens humains nécessaires à la mise en place des classes de CP à 12 élèves REP+ , en Seine Saint-Denis :

  • redéployer les maîtres issus du dispositif « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) des REP+
  • utiliser les brigades d’enseignants remplaçants (au détriment donc de l’ensemble des écoles !)
  • redéployer les maîtres, non encore en poste à titre définitif, issus du dispositif PDMQDC des REP

La décision définitive sera prise vendredi 23 juin.

Mais à Nanteuil, parents et enseignants se mobilisent depuis la semaine dernière, car l’enseignante (non titulaire) dédiée à ce dispositif, très aidant pour les élèves en difficulté, pourrait être mutée dès la rentrée dans une école classée en REP+.

Ciné Ma Différence le 24 juin

Samedi 24 juin 2017 à 14h30 au Cinéma Le Méliès « Le Grand méchant renard et autres contes » (2DVFSTAudio-description)

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin…

Tarif : ceux du cinéma Le Méliès, dont le tarif réduit à 4€ pour les personnes en situation de handicap + une place gratuite pour un accompagnateur

Téléchargez l’affiche

Communiqué de la FCPE Montreuil sur le projet de décret modifiant les rythmes scolaires

Concernant le projet de décret sur la réforme de la loi de Refondation de l’École annoncé par le Ministre de l’Éducation Nationale, M. BLANQUER, l’Assemblée Générale des adhérents FCPE de Montreuil réunie le 13 juin, énonce

– Si la loi de Refondation de l’École, promulguée en 2013, a connu une mise en place chaotique et, à ce jour, toujours problématique, elle a cependant permis une réflexion tant au niveau national que local, avant son entrée en vigueur, et jusqu’en septembre 2014 dans certaines villes.

– L’annonce en cette fin d’année scolaire :

  •  de la modification possible des rythmes scolaires dès septembre prochain, sans débat parlementaire
  • celle de l’arrêt programmé de financement par l’État du Fond de péréquation (permettant aux collectivités locales de financer en partie les TAPs),
  • la remise en cause du dispositif  « Plus de Maîtres Que de Classes » en REP,
  • l’entrée en vigueur de la mesure «  12 élèves en CP en REP+ »,

vont modifier profondément les conditions de scolarité pour nos enfants en primaire, sans que les familles n’aient le temps d’être objectivement informées et correctement consultées, dans le cadre des Conseils d’Écoles, et à l’échelle d’une commune.

– La question des rythmes de l’enfant, tout particulièrement, est trop complexe, ses enjeux sont trop nombreux, pour être traitée à l’emporte-pièce et au seul prisme des motivations financières de l’État et des collectivités locales

– L’absence de bilans nationaux, académiques et locaux, sur les conséquences de tous ordres de la loi de Refondation de l’École, nous conduit à penser qu’une fois encore, les besoins biologiques, sociaux, culturels, …, des enfants ne seront qu’un prétexte à des choix politiques.

En fonction de ces choix, un maire pourra décider sous couvert de « concertations » express et d’avis disparates des Conseils d’École, de demander l’application des temps scolaires qui correspondent le mieux aux possibilités financières de sa commune

-Les décisions finales revenant aux Directeurs Académiques, selon des critères non explicites à cette date, la territorialisation de l’école primaire, déjà entamée en 2013, ne peut qu’en être renforcée.

Avec elle, ce sont les inégalités sociales d’une commune et d’une académie à l’autre qui vont s’accroître.

Ce sont ces raisons qui ont conduit le Conseil Supérieur de l’Éducation à refuser le projet de décret le 8 juin dernier.

– Au niveau local enfin, à Montreuil, les parents FCPE veulent connaître, avant fin juin, les conséquences des différents scenarii possibles sur l’organisation et le contenu des TAPs et de la pause méridienne, ainsi que des coûts engendrés pour les familles (par exemple le coût du mercredi entier en centre de loisirs), afin de se prononcer en toute connaissance de cause dans les prochains Conseils d’Écoles.

Les parents FCPE de Montreuil ont l’expérience amère des décisions municipales unilatérales, imposées sans concertation en fin d’année scolaire _ par l’actuelle mandature, la réduction des temps de centre de loisirs en 2015, la réforme du QF en 2016…

 

Nous demandons par conséquent :

-une réunion en urgence des représentants de tous les acteurs de la communauté éducative, afin d’envisager tous ensemble, les scenarii possibles ;

-le report de toute modification des rythmes scolaires sur notre commune à septembre 2018 ;

-la mise en place durant l’année scolaire 2017-2018, d’une véritable concertation, afin de décider, collectivement, et sur la base d’évaluation précises du dispositif actuel, des rythmes d’apprentissage de nos enfants.

 

Montreuil, le 14 juin 2017

De  la possible remise en question des rythmes scolaires

Par rapport aux décisions politiques, nationales ou locales, concernant l’école et l’éducation, les positions prises par l’Union de Coordination Locale des FCPE de Montreuil sont toujours guidées par les principes suivants :

  • La défense d’une école et d’une éducation réellement nationale, non soumises aux volontés et/ou aux moyens des communes ou autres collectivités locales, afin de réduire au maximum les inégalités économiques et sociales existantes et de donner les mêmes chances d’avenir à tous les élèves ;
  • La prise en compte des besoins biologiques, psychologiques, culturels et sociaux des enfants ;
  • L’attention portée à l’articulation de leurs différents temps d’apprentissage, dans et hors de l’école ;
  • La considération des organisations de vie quotidienne des familles,
  • La reconnaissance de l’apport des expériences des parents, de leurs compétences et de leurs souhaits, sur la réflexion collective.

Toute réforme d’envergure de l’école impacte la vie des familles _ qui jonglent quotidiennement entre les temps consacrés à l’enfant, au travail, à la vie familiale, etc. _, mais aussi celle des enseignants et des autres co-éducateurs, des associations oeuvrant avec les enfants, des collectivités…

Ce fut le cas suite à la loi de « Refondation de l’Ecole », instaurée en juillet 2013.

 Aussi l’UCL-FCPE de Montreuil prendra le temps de l’échange et de la concertation avec les parents montreuillois, et avec l’ensemble de la communauté éducative locale, avant de se prononcer sur la possible remise en question, par le nouveau Gouvernement, de certains éléments de la « Refondation de l’Ecole », notamment des rythmes scolaires.

En l’absence de textes officiels et/ou d’un calendrier publié par le Ministère de l’Education Nationale, il nous semble prématuré d’envisager une action d’une autre nature.

La réponse d’Halima Menhoudj (En Marche) candidate à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 8e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie de m’avoir sollicitée pour connaitre le programme que je porte sur l’éducation.

Comme vous le soulignez dans votre appel, l’école est le combat premier. Seule l’éducation pourra garantir la cohésion sociale et offrir à chacun la possibilité de se réaliser grâce à une école plus juste et plus soucieuse de l’accompagnement comme de l’orientation de chaque élève.

Le projet pour l’éducation que je veux porter, en tant que députée, est pleinement en phase avec le programme présidentiel porté par Emmanuel Macron « Pour une école qui garantisse la réussite de tous et l’excellence de chacun » :

Continuer la lecture de La réponse d’Halima Menhoudj (En Marche) candidate à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Jean-Pierre Brard (Comité des Citoyens Montreuillois), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 7e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

Bonjour,

 

Je vous prie tout d’abord de bien vouloir excuser le retard de ma réponse.

La lettre que vous avez adressée aux candidats aux législatives n’appelle pas de ma part de remarques particulières mais des compléments sur ce qu’elle contient et des positions qui sont les miennes et que je défendrai sur des sujets que vous n’évoquez pas.

Continuer la lecture de La réponse de Jean-Pierre Brard (Comité des Citoyens Montreuillois), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Gaylord Le Chequer (Front de Gauche), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 6e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

Mesdames, Messieurs,
C’est avec la plus grande attention que j’ai pris connaissance de votre courrier adressé le 1er mai 2017 aux candidats aux élections législatives. Permettez -moi de vous donner quelques éclairages sur ce qui revêt, à mon sens, une importance capitale en matière de politiques publiques de l’Education nationale.

Continuer la lecture de La réponse de Gaylord Le Chequer (Front de Gauche), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Razzy Hammadi (Parti Socialiste) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 5e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

Mesdames et Messieurs,

Dans un mail daté du 1er mai 2017, vous avez bien voulu m’interpeller en tant que candidat aux élections législatives 2017 sur les questions relatives à l’éducation et attirer mon attention sur vos préoccupations actuelles et à venir ainsi que sur votre plateforme pour assurer le « droit à la réussite pour tous » et je vous en remercie.

Continuer la lecture de La réponse de Razzy Hammadi (Parti Socialiste) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Alexis Corbière (France Insoumise) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 4e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

Madame, Monsieur,
Cher-e-s parents d’élèves de la FCPE de Montreuil et de Bagnolet,
J’ai pris connaissance avec un grand intérêt de votre lettre ouverte aux candidats. Je souhaite vous apporter ici quelques éléments de réponse en tant que candidat de la France Insoumise dans la 7e circonscription du département.
Professeur d’histoire et français en lycée professionnel depuis 1995, formé en Seine Saint-Denis où j’ai longtemps enseigné, je connais bien la réalité et les difficultés des enseignants du département, ainsi que celles des personnels, des parents et des élèves.

Continuer la lecture de La réponse de Alexis Corbière (France Insoumise) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Christel Keiser (POID) candidate à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 3e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):
Christel Keiser, candidate du POID à l’élection législative
Aux parents FCPE de Montreuil et Bagnolet
Le 6 juin 2017
Mesdames, Messieurs,
Candidate présentée par le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) et enseignante actuellement en disponibilité, je considère que la question de la défense de l’école publique, laïque, gratuite, de l’école qui dispense des connaissances à tous les élèves, consignées dans des programmes nationaux, dans le cadre d’horaires nationaux, et délivrant des diplômes nationaux permettant l’accès à des qualifications – donc ouvrant des droits et garanties nationales – est un enjeu central de la lutte des classes aujourd’hui.

Continuer la lecture de La réponse de Christel Keiser (POID) candidate à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Thierry Porro (Parti Animaliste) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, une 2e réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):
Madame, Monsieur, parents d’élève FCPE de Montreuil et Bagnolet
C’est avec grand plaisir que je fais suite à la lettre ouverte que vous venez de m’adresser.
Compte tenu des spécificités du Parti animaliste dédié à la défense des animaux, veuillez trouver les éléments du programme pouvant répondre à certaines de vos préoccupations.

Continuer la lecture de La réponse de Thierry Porro (Parti Animaliste) candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

La réponse de Pierre Serne (EELV), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet

Nous publions, avec son accord, la première réponse reçue à notre Lettre Ouverte (Télécharger et lire la lettre):

 

Bonjour,
candidat aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains sur la circonscription de Bagnolet et Montreuil, j’ai bien reçu votre message détaillé, les constats et propositions qu’il contient et la lettre jointe. Je vous remercie de me les avoir adressés et de ce travail précis et très complet.
Permettez moi de vous donner les réactions et propositions qu’ils m’inspirent en retour et qui concernent ce que je porte dans cette campagne nationale.

Continuer la lecture de La réponse de Pierre Serne (EELV), candidat à la députation, à la Lettre Ouverte des UCL Montreuil et Bagnolet 

Ouvertures de classes

Comme chaque année, malgré quelques ajustements depuis le Comité Technique des Services Départementaux de janvier, il manque toujours des classes pour accueillir au mieux les élèves dans les écoles primaires en septembre prochain.

L’UCL a envoyé un courrier au Directeur Académique pour s’opposer aux fermetures de classes annoncées (Zéphirottes, Casanova, élémentaires Jean Jaurès et Danton) et demander des ouvertures supplémentaires à Paul Bert et dans une des deux élémentaires Diderot.

Au collège Marais de Villiers, mobilisation pour un 2e poste de CPE

Depuis des années, enseignants et parents alertent le Rectorat et la Direction Académique sur la nécessité d’un 2e poste de CPE, dans un collège classé REP, dont les effectifs vont dépasser les 520 élèves en septembre 2017.

Reçue à la Direction Académique le 16 mars, une délégation parents-professeurs s’est entendue répondre que la demande était argumentée et légitime, mais la seule promesse fut celle d’une proposition de création de « berceau stagiaire CPE », sans garantie de moyens supplémentaires CPE à la rentrée prochaine, ou que ces moyens, s’ils sont mis en place en 2017-2018, soient pérennisés les années suivantes.

Les enseignants ont décidé d’une journée de grève le vendredi 17 mars, et une demande d’audience a été envoyée à la Rectrice.

Cesaria Evora

Parents et enseignants veulent une bonne rentrée 2017 au collège Cesaria Evora

Depuis plus d’un an, parents et enseignants demandent la titularisation du poste de principal-adjoint, la création d’un poste supplémentaire de conseiller principal d’éducation, la présence à temps plein de l’infirmière scolaire et de l’assistante
sociale sur le collège…

Après une nouvelle mobilisation le 17 mai au matin, une délégation a été reçue par le Maire et la Maire-Adjointe à l’Education, afin d’envisager ensemble les moyens d’assurer une rentrée optimale dans ce collège encore tout neuf et plein d’avenir.

Une demande d’audience auprès de la Rectrice a été envoyée le 12 mai dernier.

Lettre Ouverte des parents FCPE de Montreuil et de Bagnolet aux EluEs des collectivités locales et aux candidatEs à la députation

En cette longue période électorale, bien conscients que les investissements, matériels et humains, relèvent de choix politiques de l’Etat comme des collectivités locales, les parents d’élèves de Montreuil et de Bagnolet, adhérents à la FCPE, et les deux Unions de Coordination Locale des FCPE qui les représentent auprès des institutions, ont décidé d’interpeller les éluEs actuellEs des collectivités locales et les candidatEs à la députation sur les situations difficiles qui persistent dans nos écoles, collèges et lycées montreuillois et bagnoletais

Les candidatEs aux élections présidentielle et législative furent et sont nombreux à promettre qu’ils feront de l’éducation une de leurs priorités.

Le 25 mars, la FCPE nationale a invité les candidatEs à la plus haute fonction de l’Etat à présenter, devant ses délégués départementaux, leur programme pour l’école. Notre fédération a également édité une plateforme revendicative présentant les axes d’évolutions souhaitées pour assurer « Le droit à la réussite pour tous »

A Montreuil et à Bagnolet, comme dans de nombreuses autres communes, les représentants de parents élus FCPE s’inscrivent dans ce processus : faire de l’école un thème central des questions politiques.

Continuer la lecture de Lettre Ouverte des parents FCPE de Montreuil et de Bagnolet aux EluEs des collectivités locales et aux candidatEs à la députation 

Mobilisation à la maternelle Joliot-Curie contre la réduction du temps de présence des ATSEM

Mardi 25 avril, à 17h30, les parents de la maternelle Joliot-Curie ont organisé un rassemblement pour protester contre la réorganisation _ présentée en novembre 2016 comme « expérimentale » _ de l’emploi du temps des Atsem de l’école.

En effet, à partir de 11 heures, les Atsem doivent quitter les classer pour pallier au manque d’agents de cantine en nombre suffisant. Pour libérer les Atsem plus tôt, les apprentissages sont désormais concentrés entre 9 et 11 h, obligeant les enfants de 3 ans à se concentrer deux heures d’affilée, puis 20 minutes en fin de matinée, après la récréation.

 

Pour les parents qui ne décolèrent pas depuis 8 mois et ont interpellé la Ville à de multiples reprises, cette réorganisation du temps de travail des Atsem a pour conséquence :

_ une diminution du temps d’apprentissage, notamment de l’autonomie

_ des problèmes de surveillance et de sécurité

_ des problèmes de propreté et d’hygiène

_ un manque de sécurité affective

_ une diminution des temps en commun avec les autres classes, en raison d’une ré-organisation induite des récréations du matin.

 

La Maire-Adjointe à l’Education a, lundi, proposé une réunion ce mercredi 26 avril à une délégation de parents élus.