Archives pour la catégorie Actualités des conseils locaux

Assemblée de rentrée du quartier de la SNEM samedi 2 septembre

Nous relayons un appel de la FCPE Jules Ferry/Anne Frank :

Samedi 2 septembre à 11h, assemblée de rentrée des parents d’élèves, des habitants et usagers du quartier de la SNEM Montreuil au jardin des buttes à Morel, au bout du sentier des messiers (prolongement de la rue des Messiers, en bas du parc des Guilands).

La SNEM a repris ses activités à Montreuil ce lundi 28 aout 2017. Nous avons acté qu’il est impossible que les écoles Jules Ferry et Anne Frank continuent à accueillir les élèves si son usine toxique n’est pas fermée. Samedi, nous vous ferons part des dernières informations dont nous disposons et nous déciderons ensemble des modalités de la Grève de l’école que nous organisons dès lundi 4 septembre.

Conférence de presse vendredi 1er septembre

Vendredi 1er septembre à 10h, les parents d’élèves FCPE des écoles Jules Ferry et Anne Frank et l’association des Buttes à Morel invitent  à une Conférence de presse de rentrée devant l’usine SNEM de Montreuil, 34 rue des Messiers.

Un point sera fait sur les résultats des études que la préfecture a menées durant l’été (transmis le 31 août aux représentants des deux associations et à l’UCL), ainsi que sur la mobilisation et les actions en cours et à venir.

Usine SNEM, ou comment AIRBUS s’achète le droit de nous intoxiquer

Nous relayons le communiqué de presse du 29 août 2017 du conseil local FCPE des écoles Jules Ferry/Anne Frank

La SNEM est une entreprise spécialisée dans le traitement de pièces métalliques pour l’aviation civile et militaire. Elle travaille notamment pour les groupes AIRBUS et SAFRAN. A Montreuil, elle exploite une usine située 34 rue des messiers, dans une zone densément peuplée, juste à côté des écoles Jules Ferry et Anne Frank, à proximité d’un futur collège et en bordure du parc des Guilands (zone Natura 2000). Du fait du caractère polluant de ses activités, cette usine est une installation classée pour l’environnement (ICPE) qui nécessite une autorisation. Elle est placée sous la surveillance et le contrôle de la préfecture.

 

Depuis plus de 10 ans, les riverains dénoncent en vain les conditions dans lesquelles se poursuit l’exploitation de ce site et alertent régulièrement les pouvoirs publics sur les dysfonctionnements et sur la pollution de l’air et de l’environnement: odeurs âcres, déversements d’acides sur les trottoirs, fenêtres de toit des ateliers grandes ouvertes alors que l’usine est censée filtrer toutes les vapeurs toxiques qu’elle produit avant de les rejeter vers l’extérieur… Avec l’association des Buttes à Morel, les riverains ont commandé en 2011 des analyses des sols et des rejets atmosphériques à un laboratoire indépendant. Les résultats étaient alarmants et les pouvoirs publics ont été informés (préfecture, DRIEE, mairie, département, élus). Ils n’y ont donné aucune suite. La vétusté des bâtiments et les mauvaises conditions de travail sont connues de tous. Elles ont été dénoncées en 2013 par les salariés de la SNEM qui s’étaient inquiétés de la sécurité et de l’avenir de l’usine et avaient alerté sur le fait que « dès qu’il pleut, l’eau envahit les locaux, ce qui est peu compatible avec la qualité aéronautique… ».  Les conditions de travail n’ont pas changé depuis cette date. De son côté, la préfecture accumule des rapports d’inspection qui constatent des manquements et des non-conformités sans que ne soit suspendue l’autorisation d’exploitation de cette installation classée.

Continuer la lecture de Usine SNEM, ou comment AIRBUS s’achète le droit de nous intoxiquer 

Diderot 1 en colère !

Ce vendredi 23 juin, l’élémentaire Diderot 1 est fermée, tous les enseignants étant en grève — avec le soutien absolu des parents.

La protestation porte sur le fait qu’aucune ouverture n’est envisagée à ce jour par l’Inspection et la Direction Académique, alors que les effectifs des classes « banales » le nécessitent dans cette école en Réseau d’Education Prioritaire.

De plus, l’obligation réglementaire récente d’inclure au maximum les élèves du dispositif ULIS dans les classes banales, si elle est incontestablement une avancée importante pour l’intégration scolaire et sociale de ces élèves, va également conduire, au quotidien, a un nombre plus élevé d’élèves par classe, à Diderot 1 comme dans les autres établissements bénéficiant de ce dispositif.

Non ouverture de classe à la maternelle Marceau

L’école maternelle Marceau, « délocalisée » à l’école-relais de septembre 2016 à septembre 2018 normalement, compte actuellement 8 classes, et 206 élèves inscrits pour la rentrée prochaine en ce 22 juin 2017.

Les inscriptions continuent, et les nouveaux élèves qui relèvent des secteurs de Jules Ferry, Dolto, Voltaire, Aragon, faute de places disponibles dans ces écoles, sont désormais systématiquement proposés sur Marceau par le Service Education.

Aussi, la 9e classe prévue au Comité Technique des Services Départementaux de janvier dernier est indispensable pour accueillir ces enfants — et tout le secteur du Bas-Montreuil va connaître des dizaines de livraisons de logements durant l’été, donc de nouveaux élèves.

Or, l’ouverture de cette 9e classe serait remise en question au CTSD ce vendredi 23 juin, ce qui est inenvisageable pour la communauté éducative, sauf à accepter de connaître des classes surchargées dans toutes les maternelles du secteur !

Signez la pétition sur change.org

La maternelle Zéphirottes déborde à nouveau

L’année dernière, l’ouverture d’une 10e classe avait permis de soulager les effectifs des classes de cette école de plus de 250 élèves.

La Direction Académique envisage, depuis janvier, de fermer cette classe.

Or, au 1er juin 2017, les inscrits étaient déjà 260 — soit  28,88 élèves/classe en moyenne ! —  et le secteur connaît une pression démographique constante…

Les Petites et Moyennes sections seraient particulièrement affectées.

Les parents se mobilisent et ont écrit au Directeur Académique la semaine dernière, lui demandant de reconsidérer la situation de l’école au prochain Comité TEchnique des Services Départementaux, qui se réunira le 23 juin.

L’UCL-FCPE de Montreuil alerte depuis le début d’année sur les conséquences désastreuses de cette fermeture, ainsi que sur celles programmées à la maternelle Casanova et aux élémentaires Jean Jaurès et Danton. Elle demande également des ouvertures supplémentaires à Paul Bert et dans une des deux élémentaires Diderot.

Le dispositif « Plus De Maîtres Que De Classes » en danger !

Le projet du Gouvernement visant à réduire les CP à 12 élèves en REP+ (dernière version du projet semble-t-il) met en danger le dispositif nommé « Plus De Maîtres Que De Classes » en REP !

Ce dispositif est déployé actuellement dans quelques dix autres écoles montreuilloises, et l’élémentaire Danton devait en bénéficier à la rentrée.

Le directeur académique a informé, vendredi 16 juin, de ses hypothèses pour trouver les moyens humains nécessaires à la mise en place des classes de CP à 12 élèves REP+ , en Seine Saint-Denis :

  • redéployer les maîtres issus du dispositif « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) des REP+
  • utiliser les brigades d’enseignants remplaçants (au détriment donc de l’ensemble des écoles !)
  • redéployer les maîtres, non encore en poste à titre définitif, issus du dispositif PDMQDC des REP

La décision définitive sera prise vendredi 23 juin.

Mais à Nanteuil, parents et enseignants se mobilisent depuis la semaine dernière, car l’enseignante (non titulaire) dédiée à ce dispositif, très aidant pour les élèves en difficulté, pourrait être mutée dès la rentrée dans une école classée en REP+.